recherche

Cie Nonii • Yohann BOURGEOIS

LA ROUTE DU MONT FIN

(titre provisoire)
Le projet est le fruit d’une réflexion autour du désir comme force du mouvement. Il prend la forme d’un ultime départ à la Nature. Deux femmes se lancent dans une marche, vers un sommet qui s’impose au lointain, avec l’ambition de tout réinventer ou de tout démolir.

Ces deux femmes cherchent à laisser derrière elles les inégalités, le poids du patriarcat, le regard des autres, leur rage aussi et rêvent d’une émancipation. Mais le chemin semble un éternel retour nietzschéen… Nous nous penchons sur la pensée de Camille Froidevaux-Metterie sur la revalorisation des corps féminins (Un corps à soi, Seuil, 2021) et sur celle de Gilles Deleuze et Félix Guattari autour du désir qui, à défaut de combler un manque, est profondément constructeur et libère les devenirs (Anti-Œdipe, Capitalisme et schizophrénie, Minuit, 1972).

Le spectacle va naître du travail d’improvisation au plateau, en dialogue avec les observations sensibles des interprètes. La forme se veut performative : que l’on puisse suivre une heure et demie d’un trajet comme s’il se déroulait sous nos yeux – que la fatigue des corps laisse place à la vivacité des esprits.

Notre recherche consiste à traduire la Nature au plateau, sans artifice, dans son hostilité comme dans son réconfort, dans un élan qui convoque les forces créatrices.


La Cie Nonii

La Compagnie Nonii a été fondée en octobre 2020, suite à la rencontre artistique entre Maija Nousiainen (Ensad de Montpellier, promotion 2020) et Yohann Bourgeois (ESTBA, promotion 3). Cette compagnie franco-finlandaise implantée à Montpellier a pour mission de renforcer les liens artistiques entre les cultures.
La Compagnie Nonii est une compagnie d’aujourd’hui, avec une forte volonté d’écriture et de création contemporaine et singulière. Son nom vient d’une locution finnoise répandue, no niin, qui peut signifier un commencement, une invitation à quelque chose, ou tout simplement marquer l’écoute de la personne en face.
Pour Maija et Yohann, cette compagnie est un terrain d’expérimentation. Ils sont tous les deux dirigés vers un théâtre physique et corporel qui met à l’épreuve la physicalité de l’interprète, pour raconter autrement. La danse contemporaine, l’improvisation, le théâtre d’objet et la marionnette contemporaine sont au cœur de leur travail.
La Compagnie Nonii crée son premier spectacle, Insoutenable la Grâce, au Hangar Théâtre de Montpellier en novembre 2021. (texte et mise en scène de Maija Nousiainen, collaboration artistique de Yohann Bourgeois). La Compagnie Nonii est soutenue par l’Ensad de Montpellier dans le cadre du dispositif CulturePro du Ministère de la Culture et par la Ville de Montpellier.

Pauline COLLIN

SUPER

Une femme sort du supermarché. Il est 20h. Les bras chargés de sacs de courses, les portes se referment derrière elle, elle est la dernière cliente. La musique diffusée dans les hauts parleurs extérieurs résonnent sur le parking vide. Aucune trace de sa voiture. Elle est pourtant venue avec au Super, elle en est sûre. Que s’est-il passé ? Elle tente de reconstituer son arrivée, de se remémorer le chemin qui l’a menée jusqu’ici. Mais c’est le néant. Impossible également de retrouver la route pour rentrer chez elle. Alors elle attend. Elle attend sur ce parking vide que la mémoire revienne, que l’espace se remplisse de nouveau dans sa tête. Elle s’assied sur une borne en béton sous le réverbère métallique et grignote un paquet de chips qu’elle vient d’acheter au supermarché. Là, dans la profondeur de la nuit, des souvenirs morcelés refont surface, mais pas forcément ceux auxquels elle s’attendait.

CHLOÉ CATRIN & CLÉMENT CLAVEL

ELAZEN

À la suite d’un burn-out qui l’a laissé exsangue, un homme, Alexis, game designer de jeux vidéo, arrive à Elazen, un centre de retraite thérapeutique pour tenter de se reconstruire.

Là-bas, il va suivre une thérapie nouvelle nommée « Transcommunication Instrumentale ou décantation par le double ». Il s’agira pour Alexis d’invoquer Ivanov, son double imaginaire, traversé par les mêmes problématiques que lui, pour pouvoir débuter une seconde vie, libérée des épreuves de la première.

Mais pour cela, il faudra accepter de faire confiance à une thérapeute au regard de chouette et à sa machine hors protocole et considérer la réalité comme mouvante dans ce lieu où le temps s’écoule étrangement.

 


Extrait
Alors pardon. Si on peut arrêter. Le terme « flux » tout ça… j’y arrive plus. Ça me
passe partout. Voyez. J’ai des frissons. Je suis foutu si rien qu’un mot ça me fait pleurer. On peut vivre de rien ? Juste. Je reste là, dans cette chambre, je regarde les pins, la rivière, je mange peu, je ne dis rien ou pas grand chose, je n’embête personne. Mais je ne suis plus dans le flux.

PIERRE BIENAIMÉ

LA SAGRADA FAMILIA

Je n’avais jamais vu la Sagrada Familia en vrai. Une nuit j’en ai rêvé. Elle m’apparaissait grandiose, baignant dans une lumière irréelle de lever de soleil tandis qu’il faisait nuit sur la montagne où je me tenais.
Sous l’impulsion d’un travail de carte blanche à l’ENSAD de Montpellier initié par Fanny Barthod et Stan Dentz, ce rêve est devenu l’origine du texte.

Un homme amnésique se réveille dans un lieu qu’il ne connaît pas, en présence d’un autre homme qu’il baptise Frank. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Que ou qui cherchent-ils ? Quel est leur lien ? Frank essaie de guider l’amnésique vers une reconstitution logique de son passé, mais le fait-il pour lui-même ou pour son interlocuteur ? Une troisième personne est là, comme une projection mentale des deux autres, elle s’appelle Éloïse, elle aurait disparue dans un accident de voiture. Dans ce trio, qui manipule qui et dans quel but ? En tout cas la Sagrada Familia revient constamment dans leurs échanges. Elle semble flotter en eux comme un lieu à atteindre, un rêve qui vacille, comme la solution à leur errance, ou bien la cause de leur perdition.

Cette deuxième session de travail sera l’occasion de poursuivre la mise en espace des comédien-n-es légèrement amorcée en novembre et de faire des tentatives en lumière et son. Tout au long de la pièce, des musiques de ma composition rejoindront les comédien-n-es pour accompagner le texte et colorer le paysage psychique des personnages. Il ne s’agira pas de chanter, mais les acteurs et l’actrice devront suivre encore cette piste : leur façon d’interagir, de faire sonner le texte, doit évoquer quelque chose de musical. Les musiques ne seront là que pour renforcer l’harmonie supposée du trio.

 


Extrait
Frank : Est-ce que vous pourriez vous rappeler de ce que vous trouviez beau ?
L’amnésique : Nous voulions voir la Sagrada Familia
Éloïse : Nous voulions la voir de plus près
L’amnésique : Elle semblait si belle la Sagrada Familia
Éloïse : De l’autre côté du marais
L’amnésique : Il faisait nuit chez nous
Éloïse : Là bas, le soleil se levait
L’amnésique : C’était comme si la ville autour de la Sagrada Familia n’existait pas.
C’est un ancien château non ?
C’était un château des contes de fées ?
Je crois que
Je crois que des fées ont vécu à la Sagrada Familia
Je crois qu’il y a une famille de fées qui a construit la Sagrada Familia
Qu’est-ce que ça veut dire Sagrada Familia ?
Frank : Ça veut dire « la Sainte Famille », en espagnol
L’amnésique : Oui c’est ça
Elle et moi étions une famille

BRUNO PATERNOT & PASCAL FRÉRY

CHAUFFE MARCELLE!

Il s’agit d’abord d’un acteur qui interprète un texte. Il s’agit d’abord et avant tout de faire entendre une langue dans son occitan d’origine. Il s’agit avant tout de transmettre à un public une histoire, celle de Marcelle Delpastre, à travers son œuvre poétique.

Ce spectacle est un hommage (ou un «femmage» puisqu’il s’agit de textes d’une femme) au corps paysan. À la fois la corporation, cette armée d’hommes et de femmes qui ont fait pousser les plantes et élevé les animaux mais aussi le corps des paysan·nes. Les scènes de théâtre ont très souvent mis à l’honneur des corps urbains, des corps soignés et bien costumés. Cette pièce cherche à montrer les êtres dans leurs brutalités. Brut comme du cidre, sans violence mais sans douceur non plus. A partir de danses traditionnelles (bourrée limousine, danse des bâtons, polka…), à partir de gestes ancestraux (faucher, semer, écosser…) une danse contemporaine s’écrit au plateau pour décrire aujourd’hui, ce que peut-être la puissance des corps en action.

La pièce est aussi une longue procession, entêtante et hypnotique, un acte dévotionnel pour communier avec Marcelle Delpastre. A travers la passion de ces textes, nous parcourons notre chemin de croix qui stationne tantôt sur un poème, tantôt sur un témoignage, tantôt sur une image iconique de la poésie de Marcelle Delpastre.

Quand on raconte qu’on va jouer un spectacle sur une poétesse-paysanne du limousin du début du XXe siècle, tout le monde rigole. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’un spectacle sur un auteur parisien serait plus prestigieux ? Pourquoi est-ce que travailler les écrits d’un homme, blanc, parisien, riche, hétérosexuel en impose ? Pourquoi 80% de la littérature que nous lisons émane uniquement de cette catégorie-là ? Et surtout, pourquoi s’intéresser à ce que l’on connaît déjà ? Pourquoi l’inconnu, l’étrange, l’étranger fait-il peur ?

Marcelle Delpastre n’entre pas dans les histoires littéraires ni dans le cœur des gens pour plusieurs raisons, qui n’ont RIEN à voir avec la qualité de ses textes.

Le projet consistera à mettre en avant justement ce qui l’a fait oublier.

 


La Compagnie Rêves du 22 Mars
Fondée en 2018, la Cie Rêves du 22 Mars porte avant tout des utopies, sous forme de spectacles.
Tout et tout le temps, pour tout le monde et partout.
De la pièce de théâtre à la bande audiomatographique, du spectacle en appartement à la performance de rue, les formes varies pour porter un projet poélitique clair : Réinterroger les marges afin de déconstruire les dominations.

Le 22 Mars, premier jour du printemps, est un jour récurant (coïncidence?) de luttes et de victoires sociales : naissance de Mai 68, fin du servage en Allemagne, loi interdisant le travail des enfants en France, naissance de la ligue Arabe, indépendant de la Jordanie, Naissance du Parti Progressiste Martiniquais d’Aimé Cesaire, bannissement de la discrimination sexuelle de la constitution américaine, naissance des luttes contre l’accord du 22 Mars 2014 sur l’assurance chômage… La sève monte et les indépendances se rêvent, les 22 Mars.

Cie L’insoumise • VIOLETA GAL-RODRIGUEZ

LA MÉMOIRE BAFOUÉE

« Dans cette autofiction, Violeta Gal-Rodriguez questionne sa propre identité, sa culture chilienne, les allers retours entre « ses deux pays », son tiraillement entre le sentiment de culpabilité d’être loin et l’amour d’un pays en rupture sociale.
Et quand elle dit « je », elle entend « nous », embrassant de par son histoire celle de tous les exilés politiques.
Faisant partie de la deuxième génération d’exilés chiliens fuyant la dictature militaire dirigée par Augusto Pinochet Ugarte pendant 17 ans, Violeta Gal-Rodriguez engage l’urgence de sa parole en l’entrelaçant des témoignages de sa mère, figure emblématique de sa légende personnelle.
Au plateau, le musicien et animateur 3D Christophe Boucher scande et accompagne ce tempo de ses machines.
« Nous sommes des balles perdues sur le champ de bataille. »
Telle une caisse de résonance de l’actualité et de la réalité des personnes inconsidérées sur le plan de l’identité, la forme mêle récits intimes, analyses géopolitiques, approches scientifiques de la mémoire de l’ADN, manifestes populaires des années 70…
Immersion sensible au cœur d’une identité métissée et déchirée, La Mémoire Bafouée pose le doigt sur les conséquences de l’exil de nos parents sur nos corps, notre existence, nos souvenirs, nos rêves, et révèle ainsi la porosité de la lisière entre fantasme et véracité.
Évoquant sans détours la sensation d’une illégitimité à la vie et à l’expression lorsqu’on se sent issu d’une « parenthèse », Violeta Gal-Rodriguez réhabilite une forme de justice à l’égard des êtres morcelés en sublimant d’un geste créatif le rapport aux origines. »

Mélanie Drouère – L’Éléphant-plume / conceptrice-rédactrice.

 


La cie L’insoumise
La compagnie L’insoumise est une compagnie pluridisciplinaire, dédiée au théâtre politique, créée en 2018 par la comédienne, metteur en scène, dramaturge et enseignante Violeta Gal-Rodriguez, à Montpellier, France.
Nous considérons l’art comme une arme de construction massive, une réponse qui défie le consensus.
Nous croyons aux arts du spectacle multidisciplinaires, à la recherche documentaire et à l’expérience de terrain comme piliers de la création.
Voir, sentir et comprendre le monde qui nous entoure.
Notre identité créative se tisse autour d’une esthétique du fragment, de l’onirique, avec comme centre d’intérêt différents concepts tels que la remise en cause de l’histoire officielle, la mémoire et ses mécanismes de transmission, la violence politique et patriarcale, l’identité, la marge.
Nous plaçons l’être humain au centre de nos créations, il est aussi notre destinataire direct.
Nous considérons la scène comme un espace de réflexion citoyenne, un outil de changement social, et toujours de poésie.
Depuis 2018, la compagnie a participé à différents festivals : avignon, Aniane en scène, imprudences, Magdalena Montpellier, Le Warm up du printemps (printemps des comédiens) Sens interdits lyon.
La compagnie l’insoumise intègre depuis 2021 l’université Paul valery Montpellier III pour des intervention spécifique sur la pérennisation des projets et pratiques professionnels dans le spectacle vivant.
Depuis 2020, nous sommes soutenus par le ministère de la Culture (DRAC), la région Occitanie, la collectivité de l’hérault et l’agence régionale de diffusion Occitanie en scène.

2 des 6 spectacles de danse contemporaine auront lieu au Hangar Théâtre, dans le cadre du Festival dansePlatForma#23.

Read More
Du 3 au 18 janvier 2023, répétitions au Hangar Théâtre des spectacles de sortie Ensad, en vue des reprises au Théâtre des Quartiers d’Ivry fin janvier 2023.

Métamorphoses, en répétitions du 3 au 6 janvier et le 17 janvier 2023 au Hangar Théâtre de Montpellier

Avec Fanny BARTHOD, Léïa BESNIER, Pierre BIENAIMÉ, Laurence BOLÉ, Adeline BRACQ, Étienne CALOONE, Théophile CHEVAUX, Stan DENTZ-MARZIN, Claire FREYERMUTH, Camille GRILLÈRES, Noémie GUILLE, Mélanie HELFER, Guilhem LOGEROT, Théotime OUANICHE, Léonie MBAKI MABOLIA

Reprise au Théâtre des Quartiers d’Ivry
– le mercredi 25 janvier 2023 à 19h
– le samedi 28 janvier 2023 à 16h
Infos réservation


Cristal, en répétitions du 9 au 11 janvier et le 18 janvier 2023 au Hangar Théâtre de Montpellier

Avec Fanny BARTHOD, Léïa BESNIER, Pierre BIENAIMÉ, Laurence BOLÉ, Adeline BRACQ, Étienne CALOONE, Théophile CHEVAUX, Stan DENTZ-MARZIN, Claire FREYERMUTH, Camille GRILLÈRES, Noémie GUILLE, Mélanie HELFER, Guilhem LOGEROT, Théotime OUANICHE, Dominique DIJOUX, Gaël BARON, Alexandre FLORY

Reprise au Théâtre des Quartiers d’Ivry
– le vendredi 27 janvier 2023 à 19h
– le dimanche 29 janvier 2023 à 16h
Infos réservation


Dolldrums, en répétitions du 13 au 16 janvier 2023 au Hangar Théâtre de Montpellier

Avec Fanny BARTHOD, Léïa BESNIER, Pierre BIENAIMÉ, Laurence BOLÉ, Adeline BRACQ, Étienne CALOONE, Théophile CHEVAUX, Stan DENTZ-MARZIN, Claire FREYERMUTH, Camille GRILLÈRES, Noémie GUILLE, Mélanie HELFER, Guilhem LOGEROT, Théotime OUANICHE, Charles-Henri  WOLFF

Reprise au Théâtre des Quartiers d’Ivry
– le jeudi 26 janvier 2023 à 19h
– le samedi 28 janvier 2023 à 19h
Infos réservation