Accueils

Françoise Dô

JUILLET 1961

Warm Up - Printemps des Comédiens 2021 Un spectacle où se mêlent les notes et les mots. Comme un écho venu de cette année 1961 où l’Amérique, déjà remplie de tensions sociales et ethniques, pleine de désirs de consommations et de liberté, n’avait pas encore explosé.

Read More

ENSAD Montpellier • Gildas Milin

MON CORPS C'EST LE MONDE

Auteur, acteur, metteur en scène, directeur de l'ENSAD de Montpellier et du Hangar Théâtre, Gildas Milin a écrit pour les comédiens issus de l’ENSAD une fiction sur le terrorisme écologique.

Read More

Jaha Koo

The Hamartia Trilogy – Cuckoo

Printemps des Comédiens 2021 En vidéo, en musique, ou en cocasse compagnie d’un autocuiseur, le performeur sud-coréen entrelace des fragments de sa trajectoire personnelle et des extraits de la grande Histoire pour dresser un subtil portrait de la société coréenne.

Read More

Jaha Koo

The Hamartia Trilogy – The History of Korean Western Theatre

Printemps des Comédiens 2021 En vidéo, en musique, ou en cocasse compagnie d’un autocuiseur, le performeur sud-coréen entrelace des fragments de sa trajectoire personnelle et des extraits de la grande Histoire pour dresser un subtil portrait de la société coréenne.

Read More

Jaha Koo

The Hamartia Trilogy – Lolling & Rolling

Printemps des Comédiens 2021 En vidéo, en musique, ou en cocasse compagnie d’un autocuiseur, le performeur sud-coréen entrelace des fragments de sa trajectoire personnelle et des extraits de la grande Histoire pour dresser un subtil portrait de la société coréenne.

Read More

François Gremaud & Victor Lenoble

PIÈCE SANS ACTEUR(S)

Printemps des Comédiens 2021 François Gremaud et Victor Lenoble imaginent une pièce de théâtre sans acteurs exclusivement fondée sur leur dialogue, dans un jubilatoire questionnement de la disparition par l’absurde de l’humain au plateau.

Read More

Frédéric Borie

CASINO STENDHAL

Casino est un titre trouvé dans l’œuvre de Stendhal. Le mot « casino » désigne tout lieu où l’on peut se réunir pour parler, jouer, danser, se divertir. A Grenoble, le cercle très noble, et bien connu de Stendhal, se nommait « le casino » sous la restauration. En italien, il signifie aussi un bordel, un Bazar et par extension, un Lupanar. Ce titre invite le public à composer le temps de la représentation, un cercle, un salon, pour écouter et sentir son écriture comme lui la conçoit : une quête de  vérité sans fioriture,  et pour une invitation au voyage, en “Stendhalie”.

C’est ainsi un “bordel Stendhal” qu’imagine et fabrique Frédéric Borie sous nos yeux, composé de bribes, de fragments, de souvenirs intimes de l’auteur, depuis sa jeunesse à son arrivée en Italie, sa terre d’élection. Ardeur et douceur se côtoient dans cet hommage à l’adresse de Stendhal, à l’homme autant qu’à sa plume. D’ailleurs, ce seul en scène est née d’un tissu de connivences artistiques et humaines entre passionnés : c’est Ariel Garcia-Valdès qui a convié Frédéric Borie à s’essayer à un spectacle inspirée de La Vie de Henry Brulard, livre issu d’un projet d’autobiographie sans concession de Stendhal, à l’approche imminente de la cinquantaine, constatant qu’il à passer sa vie à la chasse au bonheur ; «  A trop vouloir vivre vivre avec son temps, on meurt de son époque » dit-il. Nicolas Oton, grand complice professionnel, a rejoint l’aventure à la direction, ainsi que Georges Lavaudant pour les lumières.

R&C • Robert Cantarella

HUGO, THÉÂTRE COMPLET

J’ai travaillé avec ce groupe d’actrices et d’acteurs pendant leurs études à l’ENSAD de Montpellier. Cela arrive parfois, comme un coup de foudre entre une promotion et un moment de travail. C’est un événement qui passe souvent sous les repérages car il se cristallise pendant un atelier de transmission, il est un splendide passage, un peu de temps à l’état pur qui transporte sensualités et sens. Ce n’est pas si courant qu’une intensité soit continue, de plus en plus adéquate à un projet qui se constitue au fur et à mesure des journées de recherches, des essais. Une fois l’atelier terminé, le deuil est rapide, souvent précédé de promesses d’y revenir, puis la vie continue de part et d’autre. Les élèves vont vers d’autres ateliers, et nous, les intervenants comme on dit, nous gardons de la mémoire vive pendant un certain temps, parfois nous appliquons nos trouvailles dans les spectacles qui suivent.
Là, il s’agit ainsi de figurer, assez littéralement, ce qui est le cœur de la pensée de Hugo : pour devenir citoyen, il faut prendre le pouvoir, pour prendre le pouvoir, il faut lutter, pour lutter, il faut « préparer ses armes ». La bande d’acteurs préparera donc ses armes, déployant sa puissance de scène en scène, pour jouer ensemble à la société que Hugo rêve de fabriquer.

Avec elles et eux, l’évènement devait se poursuivre. C’est un pacte entre nous : on se retrouvera. On se retrouve pour Hugo, Théâtre complet.

 

Cie Casquettes • Jess Avril

BLOOMSBURY- LA CHAMBRE DE VIRGINIA

Bloomsbury – La Chambre de Virginia met en jeu trois personnages habitant la Woolfie et issus du roman Les Vagues.
Ils se prénomment Rhoda, Bernard et Louis et ensemble, ils vont explorer l’histoire de Mrs Dalloway, récit fragmenté qui dresse, comme un kaléïdoscope, à la fois le portrait de Clarissa Dalloway, celui de son autrice, Virginia Woolf, mais aussi celui du personnage principal de son écriture : le flux de conscience.
Cette technique d’écriture caractéristique constitue un outil de fiction qui s’apparente à celle du monologue intérieur d’un personnage. Il s’agit donc bien ici d’utiliser la fiction comme prétexte pour parler de la petite machine de l’être intérieur, celui-là que nous portons et emmenons toute la journée avec nous.
 

Compagnie Autre Mina • Mitia Fedotenko

AKHMATMODI

AkhmatModi évoque la rencontre du peintre franco-italien Amedeo Modigliani et de la poétesse russe Anna Akhmatova, à l’aube de leur histoire et de leur art. Cette rencontre fut historique et provoqua la naissance de deux planètes géantes devenues les artistes que nous connaissons aujourd’hui. A cet instant, Modigliani ébloui par Akhmatova rêve de créer sa première exposition intitulée la forêt d’Akhmatova.
A son tour Akhmatova portée par la force de son amour se lance dans l’écriture à un rythme effréné.
Portée par le chiffre deux, la chorégraphie s’inspire de cette idée que l’artiste est une planète en soi ; par sa vocation et sa prédestination, il suit sa propre trajectoire, au risque de se cogner et de rentrer en collision avec l’Autre.
→ → → visionnez ici le teaser ← ← ←