Accueils

Cie Ardiente • Victoria

VICTORIA

VICTORIA retrace le parcours d’un groupe d’étudiants lors des premières manifestations universitaires qui ont eu lieu avec l’arrivée des régimes totalitaires, dans une Amérique latine en pleine implosion politique et sociale. Ils ont entre 23 et 25 ans et devront affronter la perte de leurs rêves, de leur identité et de leurs proches.

À travers ces destins individuels, la pièce interroge également certains phénomènes de violence et d’injustice sociaux-économiques qui mènent à la montée d’une répression d’État, au sein même de nos systèmes démocratiques actuels.

Ce récit est l’histoire d’une victoire clandestine. Les disparus renaissent ici à la mémoire d’un rêve dont le cœur bat encore aujourd’hui.

La compagnie Ardiente met en lumière l’escalade de la violence orchestrée méthodologiquement au cours des différentes dictatures militaires dans le cône sud de l’Amérique latine dans les années 70 et 80. La pièce intègre des témoignages de Victoria Baglietto, du collectif argentin NIETES, mais aussi de proches et de parents d’Anahi Guevara qui ont accepté de lui livrer leur histoire.

Cie Corps Itinérants • Clara Villalba

FERUSA

C’est une vague, un marécage envoûtant qui vient nous bercer, nous conter les peurs, les craintes et les désirs. Trois compagnons de voyage : une danseuse, un comédien et un musicien vont traverser par le corps et la voix le chemin vers l’espoir. Celui de renaître. Celui de vivre ensemble. Pour seuls témoins, des suspensions lumineuses et une baignoire guideront le pas dans ce clair-obscur à la temporalité bouleversée.

FERUSA est une odyssée humaine qui amène une curiosité fondamentale : comment dans l’immensité du monde peut s’exprimer l’amour solidaire ?

 

Ek-Stasis Prod

UN MATIN, S’ÉTIRER JUSQU’AUX BOUTS DU MONDE

Du 14 au 19 février 2022
• Résidence de recherche •

Un matin, s’étirer jusqu’aux bouts du monde dit, chuchote, murmure, danse, trébuche le besoin impérieux de trouver du sens à nos actes pour survivre aux événements mortifères, aux actualités dramatiques qui impactent notre élan vital.

Le récit ne raisonne pas les évènements, les drames ; il questionne notre intime, droit dans les yeux. Quels choix, quelles déconstructions d’acquis, quelles migrations internes à mettre en œuvre pour saisir la vie, tenter de… toujours ?

Une auteure-performeuse et un compositeur-improvisateur nous immergent dans un Monodrame pour une voix et live electronics aux accents férocement pluriels. La singularité de leurs deux présences (sauvages, intuitives, inventives, nues, libres), leur langue, leur corps, leur voix, leur musique, leurs spectres sonores, leur accouplement furieux autant qu’étrange accouche une matière neuve, charnue, fluide où la pluralité des je respire éperdument. Tous deux cheminent, attentifs gourmands aux surgissements de l’invisible qui naît de la friction de leurs mondes, dans la jubilation de leurs accordages. Ils frottent leurs univers, développent (sueur à l’appui) une écriture basée sur l’organicité des matières sonores au contact (texte, voix et ses ambitus, musique improvisée, traitements sonores…). Ils brassent de concert la matière inconnue d’une langue nouvelle, une langue hybride qui ne cesse de se déployer, de se muscler au fur et à mesure qu’ils l’incorporent et l’apprennent. Une langue polyphonique, polymorphe qui nous garde vivants.

Extrait
 » Ça y est, je sais, je sais ce qui s’est passé en moi avec Charlie. Ces enculés ont génocidé le bol d’air et d’eau de mon enfance, c’est ça – 7 janvier 2015, 10 rue Nicolas-Appert (Paris, 11ème), Charlie Hebdo. Salle de rédaction. 11 blessés, 12 morts – qui m’a rendu dingue. Il a fallu que je fasse le Mont Blanc pour me calmer, c’est pour ça que j’ai quitté Paris. Qu’est-ce qu’on fait ? Je t’ai dit ça de Paris, toi t’étais à Berlin. Je t’ai dit en pleurant j’ai besoin de faire quelque chose de grand, tu m’as dit t’as toujours rêvé de faire le Mont Blanc, on va faire le Mont Blanc. Et on s’y est collé. « 

Distribution
Texte : Catherine Phet, Anne Lefèvre
Performance : Anne Lefèvre, François Donato
Musique Live Electronics : François Donato
Assistanat : Catherine Phet
Lumière : François Donato
Durée : 1h

 

Brisby • Julie Papin

BRISBY (blasphème !)

Brisby ( blasphème !) est un seul en scène interprété par Julie Papin et co-mis en scène avec Lucas Chemel. Il est écrit par Théophile Dubus – lauréat de l’aide à la création ARTCENA pour son texte Variation (copies !).
C’est un texte virtuose, vingt personnages pour une actrice, un texte plein d’humour et de cruauté.

C’est une histoire qui raconte cette lutte contre le sentiment de solitude, cette nécessité de se créer des fictions quand tout semble perdu… Tout cela se passe dans un monde lointain, rongé par une épidémie. La Reine de ce monde, Pénéplaine, n’est pas seule. Elle est enceinte. Très enceinte. Tellement enceinte qu’elle risque d’accoucher à tout moment. Un bébé qui, selon elle (et les Textes !), va sauver son monde.

Et dans l’attente de cette arrivée, viendront lui rendre visite, personnages extravagants, animaux divers, Ding Dong, présence fantomatique, Cui Cui… ne lui laissant pas une minute de répit. Pénéplaine va être prise dans un tourbillon, peut-être le tourbillon de sa propre fiction. Elle va désespérément essayer de tenir bon, de ne pas craquer, de survivre, et d’enfanter.

Seulement, Brisby (le bébé en question) sera-t-il vraiment la réponse qu’elle attend ?

 

Plateau Neuf • Marion Notte & Claire Eloy

JE NE VOUS DIRAI RIEN

Cette création est un montage de deux monologues : L’Actrice Empruntée (2003) de Fabrice Melquiot et Interprétation des rêves (2007) d’Ewald Palmetshofer. L’Actrice Empruntée est utilisé dans notre narration pour évoquer l’après meurtre, tandis que Interprétation des rêves introduit le moment du meurtre.

Poursuivant notre travail sur la rencontre entre les mots et les gestes, le texte L’Actrice Empruntée nous a tout de suite inspiré puisque le récit met en scène une femme contrainte à parler par la présence du public. Arrêtée dans son mouvement, elle est conviée de manière impromptue à venir parler au public, alors qu’elle venait récupérer un objet au théâtre. Bien qu’elle soit actrice, elle ne parvient pas à improviser, à trouver les mots et se dévoile peu à peu à travers l’évocation de son métier.

Dans ce texte bref, le corps est convoqué par quelques didascalies (elle regarde autour d’elle comme pour chercher une sortie, elle sourit, regarde ses mains etc.). Ce condensé des émotions met en valeur le regard, qui cherche à fuir le face-à-face. Le contact avec le public qui se fait voyeur est en même temps complice de cette intimité. Une tension vers autrui se construit.

À partir de ce monologue de Fabrice Melquiot, nous avons pris la liberté de créer une nouvelle narration afin de développer cette contrainte à parler, cette recherche de mots, ainsi qu’une nouvelle adresse.

Dans Je ne vous dirai rien, l’actrice qui est le personnage principal, se retrouve en prison. Dans l’attente d’un rendez-vous au parloir, la douleur de ses mains la ramène à son crime. À travers une analepse, le spectateur assiste à l’aveu du meurtre. C’est à ce moment précis que le corps prend toute sa place.

Anéantie d’avoir cédé aux avances de son metteur en scène dans les loges du théâtre, elle l’étrangle avec son foulard. Prise au piège par l’arrivée du veilleur de nuit, elle essaie de trouver les mots pour justifier sa présence et finit par lui avouer son meurtre. Ce dernier devient donc un témoin potentiel. L’actrice, ne trouvant pas les mots pour justifier sa présence en ce lieu, va finir par se taire pour laisser place au corps dansé qui représente l’aveu. Sur scène, l’adresse n’est plus au public, mais à ce témoin. Car comme le nomme si bien Eric Lacascade : “Ce dont on ne peut plus parler, il faut le danser”.

Dans toutes nos créations, nous laissons une grande part à l’imaginaire. Nous faisons le choix de ne pas nommer la victime, ni le témoin potentiel. Nous mettons l’accent sur le langage et sur la manière dont un corps peut prendre le relai des mots pour s’exprimer.

 

Cie Olemo • Johann Colin

NOVA MUNDO

« Les secrets de la physique, de la matière, peuvent s’expérimenter dans un rapport profond au langage ». Cette phrase prononcée par Valère Novarina lors d’une conférence établit une connexion entre la matière dite inerte et la matière vivante.
Nova Mundo est né de cette connexion, des questionnements personnels qu’elle a suscités et du maillage de mes interrogations sur les mystères de l’Univers, du vivant et de l’Homme.
Écrire sur l’Homme. Ce qu’il est, a été et ce qu’il restera. À travers les époques, de la naissance de l’Univers à l’apparition de l’humanoïde. Pourquoi et comment il manie la parole. Ce qu’il traverse, sa place, sa trace. Le voir à cru. Interroger sa liberté.
Naviguer à la croisée des sciences, des croyances et des arts. Installer le spectateur dans un observatoire et lui donner à voir l’Homme.
Puis, changer son angle de vue, le mettre dans le bocal.

Aimeriez-vous sonder les mystères de l’univers ?
Donner le pouvoir à votre curiosité et à votre imagination ?
Si vous aviez ce pouvoir, quel serait le premier mot ?
Comment réécririez-vous l’Histoire et la vie ?

Nova Mundo, une exploration quantique haute en couleurs et en questionnements. À l’image des constellations dans l’univers, les 7 comédiens gravitent sur scène, tantôt matière et particules, tantôt surgissant telles des paroles irrépressibles. Sur des textes finement ciselés, le spectateur est invité au cœur des pensées de l’auteur, où les comédiens, comme des fulgurances, jaillissent des dimensions infinies du cerveau humain et traversent les mondes. Une performance sensorielle et philosophique.

Quel chemin allez-vous suivre ?

cie du petit côté • Laurence Pagès

SILENCES

Silences est un projet qui réunit deux éléments essentiels, mais jusque-là séparés de mon travail : la création chorégraphique et l’écriture. La rencontre avec l’univers littéraire de Joë Bousquet a agi comme un déclencheur. Paralysé par une balle qui lui sectionna la moelle épinière lors de la Première Guerre mondiale, écrivant alité, Bousquet a écrit des textes qui d’emblée m’ont semblé de nature chorégraphique. Comme en dialogue avec la recherche d’Hijikata, le fondateur du butô.

En écho des sensations d’enfermement que j’explorais jusqu’alors dans mon travail chorégraphique, les textes de Bousquet ont ouvert un chemin en germe dans mon parcours : la danse se danse, la danse s’écrit. Et l’écrit donne à danser.

Silences signe ce passage du souffle à la poésie sonore, de la rétention du souffle à la sortie de l’oralité. Avec pour ambition de jouer avec le perceptible, de nommer l’invisible dans la danse, de dévoiler les moteurs internes et imaginaires du geste. Faire danser les mots, et traduire en mots l’invisible de la danse.

 

Biennale des Arts de la Scène en Méditerranée

Initiée par le Théâtre des 13 vents et conçue par un ensemble de partenaires culturels à Montpellier et à l’entour, la Biennale des Arts de la Scène en Méditerranée réunit du 9 au 27 novembre 2021 des équipes artistiques travaillant sur les rives de la Méditerranée.
Imaginée comme un lieu de partage des œuvres et la pensée, la Biennale propose un programme de spectacles, d’ateliers, de rencontres et de lectures mêlant théâtre, danse, musique, cirque et écritures contemporaines. Donner un aperçu de la création contemporaine en Méditerranée, croiser des territoires géographiques et imaginaires, partager avec toutes et tous des questions artistiques et politiques, rendre sensibles les contradictions et les espérances, c’est là l’idée, l’esprit qui anime cette Biennale, sa seule et simple nécessité.

Du 8 au 19 novembre 2021
Worshop mené par Nicolas Heredia à l’invitation de l’ENSAD dans le cadre de la Biennale des Arts de la Scène en Méditerranée.
Ce worshop propose de faire se rencontrer les élèves de MO.CO.ESBA – Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier et ceux de l’ENSAD – École Nationale Supérieure d’Art Dramatique.
« Mon travail relève toujours d’une porosité entre arts de la scène, arts visuels et performatifs » écrit Nicolas Heredia.
Comment des élèves en art plastique et des élèves en art dramatique questionnent-ils ensemble la place des interprètes dans des environnements autres que des salles de spectacle. « Déplacer tout le monde pour partir ensemble sur un territoire vierge ».


L’Élan de l’Autre

proposé par La baignoire – lieu des écritures contemporaines

Notre proposition s’appelle « L’élan de l’autre » et non pas « l’élan vers l’autre ». L’acte de traduction cherchant à capter et accueillir le souffle et l’énergie (poétique) d’une autrice ou d’un auteur étranger, cet accueil de la langue de l’autre déplace la nôtre. Et c’est heureux : faite de croisements et de contiguïté avec d’autres, toute langue est enrichie de vitalités allogènes.
Au-delà même de la traduction, nous souhaitons pendant ce temps de rencontre expérimenter les écarts et tenter des déplacements générés moins par le sens des mots que par leur sensualité rythmique, la richesse de leurs couleurs ou des paysages qu’ils chantent.
Les participants se rencontreront avant leur arrivée à Montpellier grâce aux voies de l’informatique et des techniques de communication.
À distance, les deux auteurs – David Léon et Tomislav Zajec – auront écrit chacun un texte de deux ou trois pages (5 à 6 minutes) qui sera traduit en français, en croate, et en turc par les traductrices invitées. Cette traduction s’effectuera en amont ou au moment de la rencontre, nous ne l’avons pas encore décidé.
Le 20 novembre au Hangar Théâtre, après une présentation au public des deux auteurs et de leur traductrices, et de la lecture de quelques extraits de leur œuvre, nous passerons à la partie plus performative et expérimentale du projet.
Dans un espace que nous imaginons vide avec des points de rencontres entre lesquels le public pourra librement circuler, nous ferons entendre les deux textes commandés ; non seulement dans leurs langues d’origine et dans leur traduction, mais aussi dans une traduction de traduction puisque le texte croate pour pouvoir être traduit en turc devra passer par le français puisqu’il n’y a pas de traductrice ou de traducteur du croate vers le turc.
Mathieu Gabard, poète-danseur interagira physiquement avec les sons des langues mais aussi avec les corps des auteurs et des traductrices.

La configuration des duos ne sera pas stable et pourra se décliner comme suit : auteur-traducteur / auteur-auteur / traducteur-danseur / auteur-danseur / traducteur-traducteur. Les duos étant éphémères, le public ne verra ni n’entendra toutes les formules. Il sera obligé de faire des choix. Les rôles pourront également être intervertis, ou subvertis, par surprise : Reyhan Özdilek par ailleurs comédienne et danseuse, pourrait aussi mettre le texte en mouvement. David Léon qui est aussi comédien pourrait lui aussi subitement réagir physiquement. Tomislav Zajec pourrait lire un (son) texte en français etc…Tous les déplacements sont permis, tous les agencements sont à explorer. C’est un jeu. À la fin de ce moment, nous nous retrouverons autour de Florence March, qui pratique elle aussi la traduction, pour un échange.

Mektoub • Mounâ Nemri pour La NOUR

proposé par La Verrerie d’Alès — Pôle National Cirque Occitanie dans le cadre de Temps de Cirques, en partenariat avec La Grainerie — Fabrique des arts du cirque et de l’itinérance et Pôle Européen de création, Esacto’Lido — École Supérieure des Arts du Cirque de Toulouse – Occitanie, l’ENSAD Montpellier LR et le Théâtre des 13 vents CDN Montpellier.

Mektoub c’est quoi ?
C’est un seule-en-scène multi-personnages ; mi-théâtre de cirque, mi-chant sous la douche, mi-danse expérimentale et mi-makrouds de ma Mima.
Des formes, des femmes, une femme : boule à facette aux multiples ipséités. Une  » blédarde  » à la poétique lumineuse, une jeune lascarde et sa part d’ombre, le tout raconté par une trentenaire qui questionne ce dont elle hérite et ce dont elle s’acquiert, ce dont elle a honte et ce dont elle est fière. Une odeur de menthe fraîche embaume l’atmosphère, des cerceaux qui se transforment et défient les règles métaphysiques. Un corps qui parle de 1001 manières. Une spirale éternelle, en quête d’amour-propre, d’affirmation et de lumière. Une auto-fiction poéticomique, aux couleurs d’ici et là-bas, un récit intime, éclectique, comme un hommage à tout ce qui compose notre soi erratique.
Mounâ Nemri

TEXTE EN COURS 2021

TEXTE EN COURS 2021

Texte En Cours revient au direct, face micro et public, du 15 au 18 novembre 2021 à Montpellier !

Le comité de lecture à l’origine de la sélection des œuvres pour TEC 2021 a eu à cœur de faire entendre des prises de parole qui, dans la forme et le fond, dévoilent un coin de l’imaginaire et des voix d’aujourd’hui.

Disparition complète de la faune, père et mari jonglant sur les gouffres de son esprit, recherche de soi et des autres, les personnes autour de Britney Spears, etc., seront dans notre sélection d’œuvres encore en cours d’écriture.

Nous sommes également heureux de vous donner à entendre 2 textes issus de la sélection française de Navegacio Poetic Eurorégion, projet de la compagnie Rêves du 22 Mars autour de l’intercompréhension dans les langues romanes.

La brasserie Le Dôme et Texte En Cours seront encore inséparables, ainsi que le Hangar Théâtre / ENSAD, qui accueille le festival depuis l’année dernière pour notre plus grand bonheur !

ENSAD Montpellier • Aurélie Leroux

« Tout est MÉTAMORPHOSES ? »
(Titre provisoire)

C’est à un moment clef de leur chemin que j’ai rencontré les comédien.nes de cet ensemble de l’Ensad. Au dernier tour de leur concours d’entrée. Il y a deux ans. Je me souviens particulièrement encore de leur singularité, et je me souviens de cette sensation qui m’avait fortement habitée en travaillant avec eux, ce « Au Monde » de Vitez, cet appel d’un théâtre qui réagit à son temps.
J’avais été surprise par leurs corps, ce qu’ils portaient, dégageaient, livraient : d’une vitalité sauvage à l’inscription d’une déjà forte expérience. Je me souviens d’un enthousiasme à les imaginer au sein de spectacles, porteurs d’un sacré possible d’humanités, dans ces diverses facettes. Et nous décidions en plus qu’ils seraient quatorze !
Deux années ont passé et c’est avec joie que je les retrouve pour cette création. Deux années où dans ce chamboulement général, j’ai beaucoup pensé à eux, comme à cette jeunesse enfermée à qui l’on peint à longueur de journée un monde sans lueur, sans projection possible. Comment l’habiter ? Comment s’y construire ?
Je me suis alors intéressée à ce mythe des plus profonds qui nous accompagne depuis tout temps  – et plus particulièrement en des moments troubles, comme s’il avait une puissance de réparation : celui de la métamorphose.
La métamorphose comme une défense de l’imagination : du pouvoir merveilleux de transformer le monde, de le transfigurer. La métamorphose  comme un phénomène scientifique fondamental du vivant : un monde toujours mobile, théâtre de perpétuelles mutations : humaines, animales, végétales, géologiques.
Et c’est avec ce thème que j’ai décidé de réunir ces comédien.nes, de questionner le monde et le théâtre.

D’une enquête sur la/les métamorphoses
De l’antiquité à aujourd’hui, les métamorphoses traversent nos identités.
Nous partirons d’une enquête sur la/les métamorphose(s) : des textes antiques (les Métamorphoses d’Ovide…), aux contes qui nous habitent depuis l’enfance (Pinocchio/certains de Grimm), aux romans (Kafka…), aux  traités et essais scientifiques (biologie/botanie/ apiculture/jardinage/météorologie…), aux pièces de théâtre, jusqu’aux peintures, mangas, Bd, films, séries, jeux vidéos et actualités.
Chaque comédien.ne s’emparera de ce sujet, en un point précis : là où cela reveille son rapport à l’intime, aux autres, et au monde.
Nous accueillerons toutes les métamorphoses, qui correspondent aux désirs, et aux questions de ces 14 comédien.nes.
À partir de ces matières collectées, d’un « grenier » commun de cette mémoire, nous éprouverons au plateau, comment ces métamorphoses se performent.