La Mentira • Léonardo Montecchia

UN ÂGE CERTAIN

Un corps qui change, qui se transforme avec le temps; chargé des expériences et des vécus.

Ce solo est un questionnement personnel et intime, mais à la fois universel.

« …je sais, je ne suis pas vieux. Mais on ne parle pas de ça. On ne parle pas d’être vieux, on parle de le devenir. Sentir tous ces petits changements dans ton corps, et dans ton esprit. Du moment que tu n’es plus, mais… pas encore… (…) Toutes ces petites choses mise ensemble, et les autres, et ton regard, et leur regard. »

Cette création pose la question de la société face à la quête de jeunesse, à la performance, la course à l’excellence. L’apogée de l’individualisme dans une relation directe à l’image. L’image que l’on renvoie aux autres. Un âge certain affirme de forme légère et aiguisée que accepter les changements du temps est une forme d’apprendre à vivre.

« …je veux… cette jeunesse que je n’aurai plus. Et à la fois, tu es tellement concentré sur ce que tu n’as plus, que tu es en train de rater ce que tu as aujourd’hui, et que tu vas vouloir avoir peut- être dans vingt ans. Mais que tu n’as pas vu, parce que tu étais en train de regarder ailleurs. C’est sans fin. »

 

Leonardo Montecchia

Plus d’informations sur l’artiste

télécharger le dossier de présentation


• Résidence de reprise •

Du 2 au 5 février 2021

Texte et mise en scène Léonardo Montecchia
Assistante : Florie Abras
Compositeur, pianiste, créateur sonore Tony Bruneau

© Max Casa ; Laurent Wassouf
Soutien et Accueil en résidence : Bouillon Cube ( Causse de la Selle) Théâtre des Treize vents (CDN Montpellier) ; CCN Montpellier ; La baignoire (Montpellier).

Partager sur les réseaux sociaux